La flûte enchantée

Select album to play

 

Projection du film « La flûte enchantée de Moriétchka »

Le film de Mikhail Gorchkov et Olga Velitchkina sera projété lors de 33-e édition de Festival International du Cinéma Ethnographique Jean Rouche à Paris

Mardi 11 novembre 17h, Maison des cultures du Monde, 105 boulevard Raspail, 75005 Paris

Moriétchka, habitante d’un village au sud de la province de Koursk, en Russie, reçoit la visite de ses élèves citadins. Avec elle, ils s’initient à la tradition musicale dont elle est l’une des dernières détentrices. Au delà de leurs attentes, à travers une musique qu’ils échouent pourtant à jouer « comme il faut », ils reçoivent un enseignement inattendu et précieux.Film Gorchkov Velitchkina

Moriétchka est une joueuse de kouguikly, un instrument composé de trois à cinq tuyaux non attachés, la version russe de la flûte de Pan. Dans quelques dizaines de villages au sud de la province de Koursk, les femmes jouaient des kouguikly au sein d’un ensemble instrumental qui comprenait également la corne, la balalaïka et le violon. Cette musique accompagnait autrefois les rondes dansées pendant les fêtes villageoises.

Nous n’avons pu assister à ces fêtes, car la tradition n’est plus perpétuée. Mais nous avons eu la chance de rencontrer de grands musiciens qui savaient jouer cette musique. L’une de ces artistes était Marina Alexeevna Botcharova, surnommée Moriétchka dans son village.

Pendant de longues années, nous venons la voir régulièrement. Elle nous reçoit, toujours, dans sa petite maison. Elle joue, montre et explique, tentant d’être à elle seule tout l’orchestre. Souvent, elle se fâche contre nous, s’irrite de notre incapacité à apprendre. Notre jeu ne donne pas ce qu’elle veut. Sans doute n’entendons-nous pas la musique comme elle, la musique dans son intégrité, dans ses relations avec le monde qui l’entoure et qui vibre en elle. En collant des petits bouts l’un à l’autre, en nous concentrant sur les notes et les rythmes, nous ne parvenons pas à pénétrer dans son monde.

Mais peut-on vraiment, lorsqu’on est né à la ville, qu’on a été élevé dans un milieu différent, prétendre à égaler un musicien de village, que la musique accompagne depuis le jour de sa naissance, dont il s’est imprégné jusqu’à en faire partie ?

C’est un film sur les kouguikly, la flûte de pan, sur Moriétchka, sur ses élèves stupides, mais avant tout sur la MUSIQUE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 

 
 
previous next
X